Où vont vos dons?

Témoignage d'une patiente de l'Hôpital Jean-Talon

« L’Hôpital Jean-Talon, c’est mon hôpital ! »

Témoignage de Mme Lorraine Couturier, patiente de l’Hôpital Jean-Talon et donatrice de la Fondation HJT

Dans le cadre du Programme québécois de dépistage du cancer du sein, les femmes âgées de 50 à 69 ans ont droit à une mammographie de dépistage gratuite aux deux ans. À l’hiver 2014, lorsque j’ai reçu ma lettre de rappel, je l’ai mise de côté comme le font trop de femmes. C’est ma collègue et amie de longue date qui a pris un rendez-vous pour moi à mon insu... Heureusement car mon médecin de famille a dû m’annoncer que le résultat montrait des signes inquiétants. On m’a donc dirigée vers un spécialiste, le Dr Nagib Khoury, pour passer d’autres tests à l’Hôpital Jean-Talon. Tout s’est passé très rapidement, c’était le tourbillon ! Et quand la présence du cancer a été confirmée, le ciel m’est tombé sur la tête.

Je vais toujours me souvenir du jour où j’ai reçu le diagnostic de mon cancer du sein, stade 2. Le Dr Khoury me disait que le cancer avait été rapidement repéré et que, avec une prise en charge immédiate, mes chances de guérison étaient bonnes. Le choc m’empêchait de saisir clairement tout ce qu’il me disait, mais ses mots se faisaient rassurants.

Comme je suis responsable d’une résidence de type famille d’accueil pour adultes, mes pensées sont immédiatement allées vers mes pensionnaires et mes deux fils. Pour moi, et aussi pour eux, je devais me battre ! Et grâce au Dr Khoury, qui m’a aidée à bien comprendre toutes les étapes du traitement, j’avais un sentiment de calme au moment où j’ai annoncé la nouvelle à mes proches.

Cela ne m’a pas empêchée, lors de mon séjour à l’Hôpital Jean-Talon, en juin 2014,  de me sentir très vulnérable. Mais le personnel soignant était si efficace et attentionné que j’ai été vite rassurée. Ils m’ont tous aidée à passer au travers et chacun de leurs petits gestes m’apportait un grand réconfort.

Trois semaines après ma chirurgie, je suis partie en voyage de pêche. La réservation était faite depuis longtemps et je ne pouvais pas annuler. La première journée, la douleur était très présente, mais je me suis forcée à lancer ma ligne à l’eau malgré tout. Au fil des jours, la douleur s’estompait et mon bras devenait de plus en plus mobile. Ce voyage a donc servi à deux choses : me changer les idées et m’obliger à bouger pour retrouver ma mobilité rapidement !

Au retour, les traitements de chimiothérapie ont commencé. Je me souviens que la veille de ma première séance, bizarrement, j’ai dormi comme un bébé ! Je savais que ça allait être difficile, mais je savais aussi que ça allait m’aider et je me sentais en confiance. J’ai décidé d’être positive et, chaque semaine, du 7 juillet au 19 décembre, les infirmières, qui m’accueillaient toujours avec leur bonne humeur, m’ont aidée à passer à travers cette nouvelle épreuve ! L’eau gazéifiée et la lecture m’ont également beaucoup aidée!

Ma bataille n’est pas terminée, car je dois maintenant suivre un traitement quotidien d’hormonothérapie, et ce, pour plusieurs années, mais je me considère très chanceuse d’avoir été soignée par le personnel compétent et attentif de l’Hôpital Jean-Talon. Deux ans après la chirurgie, je vais mieux et je profite de chaque instant. L’an dernier, j’ai même séjourné en Provence, où je rêvais d’aller depuis longtemps ! Et le Dr Khoury, que je vois tous les quatre mois pour des suivis, continue de m’encourager à rester forte et positive !

Pour témoigner de ma reconnaissance à l’équipe médicale qui m’a prise en charge, je tiens à faire un geste concret afin que plus de patients aient la chance d’être soignés dans les meilleures conditions possibles. C’est pourquoi je donne chaque année à la Fondation HJT, qui œuvre à bonifier les soins et les services offerts à l’Hôpital Jean-Talon.

Contribuer à la qualité des soins qui y sont offerts est primordial à mes yeux. Je serai toujours reconnaissante envers les professionnels de la santé de mon hôpital et fière de les soutenir.

Merci de faire vous aussi un geste pour les milliers de patients traités et sauvés à l’Hôpital Jean-Talon. Vous et moi, nous en faisons partie. C’est notre hôpital communautaire et nous pouvons le soutenir, chacun dans la mesure de nos moyens.

 

Lorraine Couturier
Survivante d’un cancer du sein stade 2
Patiente de l’Hôpital Jean-Talon